• 1

Comme le froid sur ADA

Février tire à sa fin, le soleil pointe le bout de ses rayons un peu plus tôt, les matinées restent fraiches, mais d’un froid, sec, sain, un froid qui éveille, stimule les sens, invite au mouvement qui nous réchauffera. Le nouvel EP de Kerguelen, arrivé au cœur de l’hiver sur nos platines, constitue, dans ce contexte, une toile de fond proche de la perfection.

Les cinq titres qui composent Comme Le Froid jouent sur le même champ de sensations, en jouant d’un spectre musical ample et maitrisé. Des compositions sous influence folk-rock de Nos Pas Dans La Neige aux rythmiques électroniques chaloupées et enivrantes de Chilkoot Pass en passant par les incursions électroniques de Noir autant de toiles de fond sur lesquelles la voix chaude, maitrisée, sereine pose des textes d’une infinie poésie.

Si le précédent EP Exile, explorait explicitement et avec beaucoup de justesse l’exile et le voyage, Comme Le Froid accentue la métaphore du voyage, de la quête, réelle ou fantasmée peut-être plus intime, encore, notamment sur le superbe Blanc qui n’est pas sans rappeler dans sa thématique et son souffle vital l’emblématique #3 de ÙØ.

Les matinées de févier sont sublimes : « Encore faut-il garder les yeux ouverts ». La musique de Kerguelen l’est tout autant. Encore faut-il garder les oreilles ouvertes.

A découvrir absolument

Miles Away @ Aficia

Un deuxième opus anglophone, aux sonorités pop et folk. Un changement de registre surprenant, mais qui caractérise ces artistes affranchis de tous les carcans de l’industrie musicale. Une approche instinctive.

Miles Away @ A découvrir absolument

Miles Away, album folk ? Oui, mais vraiment pas dans le sens traditionnel du terme. Ben, guère le genre à écrire des minauderies pseudo poétiques, sur un tabouret, à la guitare acoustique, en cinq minutes chrono. Loin des complaintes rachitiques (et chiantissimes) que nous oblige souvent à subir la terrible chansoooon françaiiiiiise (que ce soit dans la langue de Shakespeare comme dans celle de Marivaux), Alex se situerait dorénavant au carrefour de l’Americana et d’une pop subtilement orchestrale telle que pratiquée jadis par le Bowie de Hunky Dory (l’ombre du premier Day One ressurgit également à nos oreilles). Titres courts, ultra mélodiques, souvent enjoués (pour la ballade lacrymale, allez voir ailleurs et restez-y), ces treize nouveaux morceaux convoquent un alliage ombre / lumière digne de Paul Westerberg et de R.E.M. Un intitulé résume parfaitement le parti-pris général : « Desperately Happy » (non, ce n’est pas un hommage à Björk et à l’ancien « Violently Happy »). À savoir, toujours façon Stipe & Buck, la nécessité d’enrober l’inquiétude lexicale d’un voile sonore épanoui, limite guilleret, jamais complaisant. Le message n’en ressort que plus fort. Et le disque, plus intemporel encore.

A découvrir absolument

“Loin de la noyade dans une poésie qui diluerait un propos fort, Kerguelen signe un EP qui prend aux tripes, interroge, questionne notre frilosité face à l’innommable et au final nous offre l’une des plus belles phrases pour comprendre l’avant et détester l’après « il n’y a rien de plus beau que la lumière dans les yeux de l’homme qui voit la terre enfin après l’océan ». L’“Exile” forme notre réflexion. Indispensable.“

Miles Away @ Froggy’s Delight

“Hommage à la musique qu'il aime, Miles Away n'est pas seulement une compilation de titres “à la manière de”. Car il contient quelques perles mélodiques qui vous accompagneront dans un coin de votre tête (“Back on earth”, “Desperately happy” ou le guilleret “Mi querida”).”

Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité des artistes de PHW Records !

Cliquez ici pour vous inscrire à notre newsletter

PHW Records

PHW Records est un label basé à Orléans, fondé en 2015 par Alex Wallon. De la chanson aux musiques électroniques en passant par le rock ou le folk, nos projets ont pour point commun la liberté.

Contact

Veuillez remplir le champs Nom
Veuillez remplir le champs E-mail E-mail non valide
Veuillez remplir le champs Message