• 1

Le voyage électronique de KAAX

Traffic Light est certainement cet album que l’on attendait tous pour tracer un nouveau chemin, celui de la liberté, celui de la découverte. KAAX signe ici un album original à la façon d’une navette urbaine que l’on emprunte le son à fond pour s’isoler dans un espace captivant.

Si KAAX a tiré son histoire de ces quelques mots, synonyme de rêverie urbaine, nous on vous propose de vivre votre propre histoire en montant le son et en enfourchant votre vélo, en déambulant à pied dans les rues, ou en caressant un volant de voiture (sans trop rêver quand même si elle n’est pas autonome).
Car cette musique est une invitation au rêve, un rêve animé et loin d’être immobile, tout s’envole, les sons, les notes, tout ce que KAAX accumule pour le retransmettre ensuite dans ces morceaux dont lui seul a le secret.

[…] Cet homme-là devrait rapidement vous inspirer tant cette musique magnétique ne vous lâche plus et vous ouvre les portes d’un univers fantastique !

http://hebdoblog.com/traffic-light-voyage-electronique-kaax/

Neuf morceaux indispensables

Il y a quelques mois nous faisions connaissance avec Kaax au moment de composer le volume 37 de nos compilations et tombions sous le charme de Low Def, morceau accrocheur dès les premières secondes par sa capacité à déclencher instantanément un mouvement irrépressible des épaules, vite contagieux au reste du corps puis de nous maintenir sous son charme par un travail aussi riche que précis des textures sonores.

Autant le dire tout de suite, Traffic Light ne déçoit pas, bien au contraire. Green, qui ouvre le disque, nous embarque avec une ouverture douce et subtile, accélère ensuite le rythme avant de le suspendre un temps pour ensuite passer la surmultipliée ayant pour résultat de nous propulser dans un état euphorique et d’éveil sensoriel réjouissant. Le genre de morceau qui remplace haut la main tout les Guronzan matinaux du monde auquel on pourra ajouter HH13 et Jam qui lui succèdent dans la foulée.

L’écueil de la monotonie, dans lequel la musique électronique peut parfois vite sombrer, est par ailleurs brillamment évité en explorant des pistes parfois plus lentes et sombres comme sur l’implacable et obsédant Orange ou oniriques et cinématographiques sur le sublime Pathway au cœur du disque ou sur Red qui le clôture.

Ce dernier morceau offre une nouvelle illustration de la subtilité et de la richesse des compositions de ces neufs morceaux indispensables à mettre (absolument) dans le sac de voyage de l’été 2016 et à utiliser d’ici là comme un mantra coloré contre la grisaille !

A découvrir absolument

  • 1
  • 2

Videos

Newsletter

Ne ratez rien de l'actualité des artistes de No Wave No Remedy !

Cliquez ici pour vous inscrire à notre newsletter

No Wave No Remedy

No wave, No remedy a été créé comme division "musiques électroniques" au sein du label orléanais PHW Records en décembre 2017.

Contact

Veuillez remplir le champs Nom
Veuillez remplir le champs E-mail E-mail non valide
Veuillez remplir le champs Message